La pollution de l’air, une des causes à risque du diabète

La pollution de l’air augmente considérablement le risque de développer un diabète. C’est ce qu’indique une étude publiée le 29 juin dernier dans la revue The Lancet Planetary Health, dans laquelle il est révélé que les dommages causés par le smog et la poussière fine sont responsables de l’incapacité du corps humain à réguler la glycémie.

Les recherches ont été menées par la faculté de médecine de l’Université de Washington, en collaboration avec le ministère des Anciens Combattants.

Quel est le lien entre pollution de l’air et diabète ?

pollution de l'air et diabète

Le diabète est l’une des maladies chroniques les plus répandues au monde, avec une croissance très rapide. La maladie affecte aujourd’hui plus de 420 millions de personnes dans le monde.

L’obésité, les modes de vie trop sédentaires et les mauvais régimes alimentaires font partie des facteurs déclencheurs.

Des études antérieures ont également suggéré un lien entre le diabète et la pollution atmosphérique. D’après les chercheurs, les particules atmosphériques les plus fines peuvent atteindre la circulation sanguine par les bronches.

Elles augmentent alors les niveaux d’inflammation et réduisent la production d’insuline. Ce qui met l’accent sur le rôle encore indéterminé de la pollution de l’air dans l’apparition du diabète.

Les scientifiques ont calculé qu’au cours de la seule année 2016, la pollution de l’air avait contribué à au moins 3,2 millions de nouveaux cas de diabète. Ce qui correspond à 14 % du total des nouveaux diagnostics de cette année.

Pour parvenir à cette conclusion, les experts ont surveillé 1,7 million de personnes, d’anciens combattants de l’armée américaine, exposés à la pollution atmosphérique pendant huit ans et demi. Aucun des participants aux recherches n’a présenté d’antécédents personnels de diabète.

Les données obtenues au cours de la période considérée ont ensuite été connectées aux systèmes de surveillance de l’air au sol de l’agence américaine de protection de l’environnement et aux satellites de la NASA.

Pour évaluer la pollution de l’air, les chercheurs ont analysé les particules de poussière fine, la saleté, la fumée et la suie. Les observations ont également été intégrées à celles dérivées de la littérature scientifique antérieure sur la relation entre la pollution et le diabète et aux données de Global Burden of Disease, le système de mesures annuel santé globale.

Avec toutes les données collectées, les chercheurs ont construit un modèle capable d’évaluer le risque d’apparition du diabète en relation avec différents niveaux de pollution.

Risque accru de diabète dans les pays émergents

diabète dans les pays émergents

Les résultats ont montré que le risque de développer un diabète est également important à des niveaux de smog considérés comme  » acceptables « .

En fait, environ 21 % des participants exposés à des concentrations de particules comprises entre 5 et 10 microgrammes ont développé la maladie. Lorsque l’exposition est passée de 11,9 à 13,6 microgrammes par mètre cube d’air, elle est passée à 24 %.

Dans l’ensemble, les pays à revenu faible et intermédiaire, où la pollution atmosphérique est un problème croissant, sont exposés à un risque de diabète plus élevé que les États-Unis et d’autres pays riches.

Cela est dû au fait que l’augmentation du smog dans ces pays ne correspond pas aux politiques environnementales adéquates. L’Inde, l’Afghanistan, le Guyana et la Papouasie-Nouvelle-Guinée sont les plus concernés.

« Notre étude montre un lien significatif entre la pollution de l’air et le diabète dans le monde « , a déclaré Ziyad Al-Aly, principal auteur des recherches et professeur assistant en médecine à l’Université de Washington.

« Nous avons constaté un risque accru de développer un diabète, même en présence de faibles niveaux de pollution atmosphérique, actuellement considéré comme sûr par l’EPA et l’OMS. Cette constatation est importante, car de nombreux groupes de pression du secteur industriel soutiennent que les niveaux actuels sont trop rigides et devraient donc être réduits. Toutefois, les éléments de preuve montrent que les niveaux ne sont pas encore suffisamment sûrs et doivent au contraire être renforcés » a-t-il ajouté.

Pour la santé de tous, y compris celle de la planète, nous espérons que les politiques environnementales deviendront de plus en plus rigoureuses, garantissant des améliorations tangibles dans la lutte contre la pollution, non seulement de l’air, mais de toutes ses formes.

Eaux Beaufort

A propos : Mickaelle

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer